Le développement social : un enjeu de l’après COVID-19 – résumé de conférence

Nassera Touati et Gérard Divay
19 juillet 2021

Dans A+, le carrefour des acteurs publics, vol. 8, no 1, juillet 2021

Texte résumant la conférence prononcée par les professeur(e)s Nassera Touati et Gérard Divay intitulée Soutenir les réseaux locaux d’action collective en développement social : les enjeux de gouvernance régionale, dans le cadre du colloque 31 de l’Acfas : Penser l’après-COVID-19..

En premier lieu, les conférenciers ont souligné l’importance de s’attaquer aux enjeux de développement social, dont
certains ont été exacerbés par la pandémie de la COVID-19 (réussite éducative, santé mentale, etc.). En partant du constat que la crise a été une occasion de rapprochement entre les acteurs concernés, se traduisant notamment par un plus grand investissement des acteurs municipaux dans les réseaux de développement social (à des degrés divers), les deux auteurs suggèrent d’utiliser la crise comme une opportunité pour progresser. Le développement social gagnerait en effet à renforcer le travail ensemble pour mieux gérer les interdépendances entre acteurs. Le principal défi serait alors d’amener des groupes d’acteurs hétérogènes, agissant dans différentes sphères (entrepreneurs sociaux, organismes gouvernementaux, municipalités, philanthropie), ayant des logiques d’action différentes et souvent des intérêts non forcément convergents à travailler ensemble. Le fait que la structure de pouvoir soit éclatée (absence d’une hiérarchie) rend l’écosystème particulièrement complexe. Il en est de même pour la gouvernance de ces réseaux, sachant qu’il s’agit de gouverner des réseaux de réseaux. (Extrait p. 2)