Projet de recherche

Adapter et élargir les « Pairs Navigateurs » aux populations ciblées de jeunes de la rue au Canada et au Kenya afin d’accroître le lien avec la prévention, le dépistage et le traitement du VIH (projet en collaboration avec l’Université de Toronto)

Paula Braitstein, Edith Apondi, Christine Johnston, Sylvester Kimaiyo, Christopher Mackie, Sean B. Rourke, Douglas Sider (IRSC - Subventions Équipes, 2019-2022)

Le Projet des navigateurs pairs est un projet de recherche collaboratif, financé par les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC). L’étude est menée par Paula Braitstein, qui a rassemblé des chercheurs, des services de soins de santé et des partenaires communautaires au Canada (le CAMH, l’Université de Toronto, l’ASSTeQ, l’Université de Montréal, le Bureau de santé Middlesex-London et l’Université Western) et au Kenya (l’Université Moi, Modèle universitaire d’accès aux soins de santé) dans le but d’adapter et d’évaluer le recours aux pairs – les pairs navigateurs – pour accroître l’accès des jeunes situation de rue aux services de prévention, de dépistage et de traitement du VIH et du sida. Edward Ou Jin Lee est le chercheur principal pour le site à Montréal (avec Sue-Ann Macdonald comme co-chercheuse). Le modèle des pairs navigateurs (PN) s’inspire d’une vaste expérience acquise à travers des programmes visant les personnes qui vivent avec le VIH au Canada. Les PN sont des jeunes âgé.e.s de 16 à 29 ans qui vivent dans la rue ou dont le logement est précaire et qui vivent avec le VIH ou sont à risque de contracter le virus. Nous embaucherons et formerons une personne pour être PN dans chaque site du projet. Des recherches antérieures démontrent que le risque d’infection au VIH est plus important chez les jeunes de la rue en raison de facteurs contextuels comme la pauvreté, la stigmatisation, la consommation de drogues, la participation au commerce du sexe et un accès limité à un logement sécuritaire et stable, ce qui est particulièrement le cas des personnes lesbiennes, gaies, bisexuelles, trans, queer ou bispirituelles (LGBTQ2S). Pour se concentrer sur les besoins de ces personnes à Montréal et à Toronto, les PN s’identifieront également en tant que LGBTQ2S. À Montréal, le PN s’identifiera comme trans et/ou bispirituel.le et les personnes racisées et autochtones seront priorisées.

Co-chercheurs et/ou collaborateurs des milieux de pratique

Regina K. Lobun
Evans O. Okal
Alex Abramovich, École de santé publique, Université de Toronto
David Ayuku, Université Moi (Kenya)
Edward Ou Jin Lee, École de travail social, Université de Montréal
Sue-Ann Macdonald, École de travail social, Université de Montréal
Abram Oudshoorn, Département de Psychiatrie, Université Western
Olli S. Saarela, École de santé publique, Université de Toronto
Juddy W. Wachira, Université Moi (Kenya)

Edward Woo Jin Lee

Professeur, École de travail social, Université de Montréal