Une exploration des activités effectuées par les intervenants sociaux québécois pendant la première vague de COVID-19

Les sociétés ont été chamboulées par la pandémie de COVID-19. En plus des risques médicaux encourus par les populations, cette dernière a aussi le potentiel de générer de nombreux problèmes psychosociaux. Dans ce contexte, les intervenants sociaux ont un rôle clé à jouer pour soutenir les individus, les groupes et les communautés.
8 janvier 2021

Maxime Guillette, Candidat au doctorat en gérontologie, Université de Sherbrooke
Rachel Boulianne, Titulaire d’une maîtrise en gérontologie, Université de Sherbrooke
Yves Couturier, Ph.D., Professeur, École de travail social, Université de Sherbrooke

Résumé
Les sociétés ont été chamboulées par la pandémie de COVID-19. En plus des risques médicaux encourus par les populations, cette dernière a aussi le potentiel de générer de nombreux problèmes psychosociaux. Dans ce contexte, les intervenants sociaux ont un rôle clé à jouer pour soutenir les individus, les groupes et les communautés. Les activités qu’ils ont effectuées au cours de cette pandémie et les conditions dans lesquelles elles ont été réalisées sont toutefois peu connues. Cet article vise à les explorer par le truchement d’une analyse des articles grand public publiés dans 13 médias québécois entre le 1er février et le 31 juillet 2020. Nous présentons une analyse inductive des grands types d’activités présentés dans les médias et des principales caractéristiques de leurs conditions de réalisation. En nous appuyant sur ces résultats, nous formulons enfin des pistes d’amélioration pour soutenir les activités effectuées par les intervenants sociaux en contexte pandémique.

En savoir plus

Yves Couturier

Professeur, École de travail social, Université de Sherbrooke