Les soins de fin de vie en CHSLD en contexte de COVID-19 : transformations organisationnelles et cliniques ainsi que leurs effets dans deux régions du Québec (Montréal et Estrie)

Projet de recherche des chercheuses Émilie Allard et Isabelle Marcoux (Université d'Ottawa)
10 juillet 2020

Résumé 

Depuis le mois de mars 2020, le Québec, comme le reste du monde, vit une crise sanitaire importante en lien avec le virus SARS-CoV-2 responsable de la maladie COVID-19. En plus des nombreux décès occasionnés par le virus, des personnes vivront leur fin de vie dans ces temps mouvementés où les mesures de quarantaine forcent leur isolement et modifient en profondeur l’organisation et la pratique des soins de fin de vie. Au Québec, les personnes qui décèdent de la COVID-19 sont majoritairement des résidents de Centre d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) : une population considérée « hautement vulnérable ». Le risque de mourir de la COVID-19 est toutefois inégal entre les régions sociosanitaires du Québec, suggérant par le fait même la mise en place de mesures organisationnelles et cliniques différentes. Ce projet vise donc à mieux comprendre les effets de la COVID-19 sur les soins de fin de vie en CHSLD par l’identification de transformations organisationnelles et cliniques et le contraste de deux régions différemment affectées, soit Montréal et l’Estrie.

Émilie Allard

Professeure adjointe, Faculté des sciences infirmières, Université de Montréal